Un patrimoine à protéger, partager et léguer


 

Le patrimoine archéologique est une ressource fragile et facile à détruire. Un site archéologique n’est pas uniquement constitué de vestiges de murs de pierre, mais aussi de traces fragiles, tels des structures de bois altéré et de fins niveaux de sol rattaché à des occupations spécifiques. Toutefois, malgré que ce patrimoine soit enfoui dans le sol ou se retrouve dans l'eau, il est en danger continuel par divers facteurs.

La destruction

Parmi les menaces qui planent sur notre patrimoine archéologique, il y a principalement les destructions involontaires. Cette destruction arrive dans la majorité des cas quand on ne sait pas qu’il existe un site archéologique à cet endroit. Avec le développement de la machinerie lourde pour excaver ou niveler un sol, il devient de plus en plus aisé de déplacer de grandes quantités de terre en peu de temps et par hasard emporter un site qui s’y retrouvait sans que l’on s’en rende compte. En quelques minutes, un pan de notre histoire peut être rayé de la carte. Cependant, en recensant ces sites avant qu’ils soient menacés, en parlant avec les propriétaires des terrains où ils se retrouvent et en sachant de quoi ces sites sont composés, on peut freiner cette dilapidation de notre patrimoine. En sachant qu’il existe et qu’il ne nuit pas au propriétaire, le site pourra être ainsi protégé. Toutefois, s’il est menacé à court terme, il est aussi possible de mettre sur pied une fouille de sauvetage et ainsi recueillir l’information avant de détruire le site. Il faut juste le prévoir à l’avance et en avertir des gens dans le domaine, dans un premier temps la direction régionale du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine et dans
un deuxième temps des archéologues ou des intervenants dans le milieu, tels des organismes comme Parc et Mer Mont-Louis. Comme ce patrimoine est celui de la collectivité, il devient de notre rôle à tous d’en prendre soin et de s’assurer de léguer à nos enfants cet héritage.

 

 

Les découvertes fortuites

D’autre part, un autre phénomène est aussi courant dans notre région : les découvertes fortuites. On entend par découverte fortuite le fait que des artéfacts auraient été trouvés par hasard en se promenant sur des terrains, lors de travaux d’aménagement, lors d’une plongée ou en pêchant en mer. Un artéfact, au sens archéologique, est un objet qui a été fabriqué par l’homme et qui a été abandonné il y a plus de 50 ans. Ces artéfacts peuvent être en pierre, tels des outils amérindiens, des pierres à fusil, des pipes, mais ils peuvent aussi être en céramique, comme des fragments d’assiettes, de pots, de bouteilles, ou en métal tels des hameçons, ancres, haches, clous forgés ou alors en bois ou en os.